Viticulture, VitiForesterie et Conservation des Sols

 

Agroforesterie et Sols Vivants en Viticulture, de quoi parle-t-on?

L’agroforesterie est définie comme l’association de productions agricoles à des plantations sylvicoles sur de mêmes parcelles. En contexte viticole, l’agroforesterie, appelée aussi “vitiforesterie”, favorise le maintien ou le retour de la biodiversité, augmente le stockage de carbone, réduit les pertes par lixiviation et les dérives aériennes de produits phytosanitaires,tamponne le microclimat des parcelles. Elle impacte le paysageen redonnant une place à l’arbre dans les monocultures de vignes. Les plantations agroforestières présentent aussi un potentiel de diversification économique (productions fruitières, de bois d’œuvre, de chauffe, de broyat de bois). Enfin, la communication sur cette pratique agroécologique présente un potentiel de valorisation commerciale et de sensibilisation auprès des consommateurs et consommatrices.

Les plantations en vitiforesterie accompagnées par l’ADAF

« L’agriculture de conservation est un type d’agriculture qui vise à protéger et améliorer les sols en s’appuyant sur trois principes : la diversification des cultures, une couverture permanente des sols et la réduction voire l’arrêt du travail du sol.. Parmi les pratiques de l’agriculture de conservation en viticulture : favoriser le non-labour et couvrir les sols. (Macary et al., 2020). Les couvertures végétales des sols viticoles comprennent les couverts végétaux semés et les enherbements spontanés, temporaires ou permanents, présents sur les inter-rangs et ou les rangs de vignes. Ces « cultures de services » ont pour but de fournir des services écosystémiques tels que « la régulation de la vigueur et du rendement viticole et la qualité de la vendange, la protection des sols contre l’érosion, la régulation des adventices, des ravageurs et des maladies, l’augmentation de l’infiltration de l’eau dans les sols, de la portance, de la fertilité, de la biodiversité des sols, de la séquestration de carbone » (Garcia et al, 2023).

Les pratiques de couverts végétaux en viticulture accompagnées par l’ADAF

Ces pratiques agroécologiques connaissent un regain d’intérêt et de mise en pratique dans les vignobles. Cependant, des freins subsistent à leur diffusion plus large. 

Comment l’arbre va-t-il impacter les vignes et la production de raisin ? Puis-je intégrer l’arbre dans un système avec vendanges mécanisées? Comment gérer un enherbement ou un couvert végétal semé pour maximiser leurs bénéfices tout en limitant les compétitions pour l’eau et les nutriments ?  

La production de connaissances pour répondre à ces questions est à ses balbutiements, notamment pour les systèmes en vitiforesterie car il existe encore peu de plantations mâtures. Les systèmes viticoles enherbés profitent quant à eux de plus de recul et de références collectées. Cependant, la diversité des conditions pédo-climatiques de chaque vignoble, et un climat global en plein changement, impliquent de poursuivre le test et l’adaptation des enherbements en viticulture. Enfin, la maîtrise d’un nouvel itinéraire technique, son intégration au calendrier de travail viticole, l’accès à des équipements et semences adaptés sont autant d’enjeux qui s’ajoutent.

La recherche agronomique sur ces systèmes et le travail d’expérimentation par les praticiens permettent d’avoir des pistes de réponses à ces questions.

 

Le groupement Agroforesterie et Sols Vivants en Viticulture 

L’agroforesterie et les pratiques de conservation des sols pour des systèmes viticoles agroécologiques et résilients.

Le groupement comprend 14 fermes réparties sur le territoire des Côtes-du-Rhône (Drôme, Ardèche et nord Vaucluse). Démarré en 2023, il regroupe des fermes d’un projet de GIEE 1, et des fermes du projet AgriP5R de la CNR 2. Le projet s’inscrit dans un contexte de nécessaire préservation des ressources agricoles et naturelles (sol, eau, biodiversité) ainsi que d’adaptation aux changements climatiques (stockage de carbone, diversification des systèmes, micro-climat des parcelles). De ces enjeux partagés par l’ensemble des viticulteurs et viticultrices du groupe, naissent les objectifs du projet : co-concevoir et mettre en place des systèmes viticoles en agroforesterie, couverts végétaux, et hydrologie régénérative. Pour atteindre ces objectifs, les actions qui seront mises en place dans le projet sont : 

  • L’amélioration des savoirs techniques au sein du groupe par des échanges entre pairs et des visites de fermes ; 
  • Le suivi et l’accompagnement des pratiques et innovations mises en place aux niveaux agronomiques, écologiques, économiques et sociaux ; 
  • La création de références sur ces systèmes et leur diffusion auprès des acteurs agricoles du territoire.

Pour en savoir plus sur le groupement, c’est par ici!

1 Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental

2 Projet “Ensemble, accompagnons la transition de l’agriculture en vallée du Rhône” – Compagnie Nationale du Rhône